Entre personnes avec des troubles psy et/ou neuroatypiques, on cause souvent du « self-care ».

Entre personnes avec des troubles psy et/ou neuroatypiques, on cause souvent du « self-care ».

En gros : de prendre soin de soi-meme.

C’est important d’en parler, c’est aussi une maniere de pouvoir etre autonome avec rapport a nos situations, de gerer avec nous-meme les moments difficiles, et donc de s’emanciper un tant soit peu des autres, que ca soit les copains ou des soignants.

Donc oui, savoir a prendre lait de soi-meme en moments difficiles, c’est capital.

Quand on parle du « self-care », ainsi, qu’on echange des astuces, ils font comme un gros trou noir au sein des astuces de gestions des trucs autres que « Je suis trop deprime.e Afin de m’extraire de mon lit » ou « j’suis en PLS en crise d’angoisse dans un coin ».

Entendons nous beaucoup : c’est TRES BIEN qu’on echange des astuces pour gerer le manque d’energie genere par la www.hookupdates.net/fr/rencontres-internationales/ depression, ainsi, Afin de aller des gros etats anxieux bien penibles.

NEANMOINS, ca ne repond nullement aux besoins de tout le monde.

Personnellement, quand je lis maintenant ces astuces, je me marre jaune en me disant que si j’avais cherche, Il existe plusieurs annees (pendant ma periode la plus ardu), des astuces et des manieres de gerer pour mes difficultes, bah… Je n’aurais rien trouve.

Parce que pour moi (comme pour de nombreuses monde, hein…), une hurle d’angoisse, ca n’etait gui?re « hyperventiler roulee en boule dans mon lit », mais au contraire avoir a canaliser une agitation monumentale, incapable de tenir en place, irritable a l’extreme, alternant pi?te de larme et crise de colere. Bref, vraiment gui?re le genre d’etat ou des conseils comme « regarder un film avec une tasse de the chaud en calinant mon chat » pouvaient vraiment me parler. (A vrai dire, mon Grisou, dans ces etats la, il fuyait comme la peste Afin de echapper au tourbillon de mon agitation).

Et j’en ai legerement assez qu’on limite le « self-care » a toutes les gens ayant une maniere « socialement acceptable » d’aller mal.

Parce que oui, c’est clairement plus socialement acceptable (et accepte) de se rouler en boule que d’avoir une agitation desorganisee, une agressivite et une colere toujours pretes a flamber…

Et pourtant, on y a, nous nos « angoisse.e.s enerve.e.s une life ».

Et on a aussi besoin de trucs et astuces pour gerer ces moments la. D’autant plus que, en plus d’etre des moments d’angoisse odieux a supporter, ces comportements ont tendance a nous isoler socialement (et c’est legitime aussi : nos copains n’ont pas toujours les nerfs Afin de encaisser stoiquement les crises de colere…), et a etre tres stigmatises. On correspond un peu plus au cliche du « fou dangereux », l’ecume a toutes les levres pret a cogner bien ce qui bouge (meme si on ne claque pas). Et aussi dans les milieux sensibilises a la psychophobie, ca est un tabou, ces crises de colere. Parce que c’est nullement « reellement fort safe », comme maniere d’aller mal…

Alors deja, j’ai envie de dire aux individus concernees par ces crises de colere :

NON, vous n’etes gui?re des monstres. NON, vous n’etes gui?re des enfoire.e.s qui aiment faire de la peine. NON, vous ne faites gui?re expres. NON, vous ne pouvez gui?re « juste faire 1 effort Afin de arreter de faire ca ». NON, vous n’etes pas des « dominant.e.s » ou des « oppresseur.euse.s » juste parce que ce angoisse se manifeste d’une maniere « jamais safe ». OUI, vous allez en gali?re, vous avez mal, ca vous explose dans la tronche et ca fera sacrement peur, ainsi, sacrement en gali?re de vivre ca. OUI, vous avez tout autant le droit a de l’aide, du soutien et une ecoute que l’individu qui va angoisser de maniere plus « orthodoxe ».

J’ai colere, c’est une maniere de rendre l’angoisse moins menacante. C’est une maniere de se defendre contre 1 danger, reel ou suppose. C’est un mecanisme de defense. Appelez ca comme vous voulez. Mais ca n’est jamais un style que vous calculez afin d’effectuer chier un chacun. Et vous n’y etes Afin de RIEN si des personnes recuperent ca Afin de illustrer leurs a-prioris via « les fous-folles qui sont vraiment violent.e.s et/ou agressif.ve.s ». Vous n’etes Manque responsables de la psychophobie, ca n’est jamais « avec personnes comme vous qu’on a peur des fous-folles ».

Maintenant, une simple liste des techniques que j’ai pu choisir pour canaliser mes crises de coleres. C’est une liste completement non exhaustive, mais si vous pouvez y piocher une ou deux idees qui vous aident, TANT MIEUX. (et n’hesitez jamais a rajouter vos astuces a vous en commentaires de ce billet, si vous avez d’autres idees. Je les ajouterai a la liste) :

– Ecrire sans auto-censure.

Que ca soit sur une page Word, dans un post a audience restreinte sur les reseaux sociaux, dans votre forum. Peu importe. Le faire lire ou gui?re a d’autres, ca vous appartient (mais si possible, au cas ou vous le faites lire, essayez de le Realiser lire a une personne qui n’est pas l’objet de votre colere. Et qui est au courant que vous etes en pleine crise de colere et que c’est votre maniere de l’exterioriser sans trop faire de degats). Je ne compte nullement le nombre de messages prives que j’ai envoye a des ami.e.s bienveillant.e.s et au frequent qui contenaient plus d’insultes que d’autres mots. Sortir la rage avec nos mots, des fois ca m’aidait. « Sans auto-censure », c’est aussi sans se Realiser chier avec l’orthographe et J’ai syntaxe. Dans ces etats la, faire mes mains allaient bon nombre plus vite que notre cerveau, ainsi, ca n’etait souvent qu’une bouillie de lettres plus ou moins incomprehensible. Mais peu importe. Claque « d’agiter les mains » sur votre clavier, c’etait une maniere de sortir a la fois la colere et l’agitation.